Voyage naturaliste au Botswana

En 2019 nous avons souhaité profiter d’un voyage en Namibie pour revisiter le Botswana voisin. Je rapporterai séparément notre séjour en Namibie, où nous mettions les pieds pour la première fois. Par contre nous avions déjà une expérience conséquente du Botswana, puisqu’il s’agissait de mon cinquième voyage dans ce pays, et pour Françoise du troisième. C’est principalement dans le delta de l‘Okavango que nous avions séjourné à ces occasions, ayant visité en 2008 les camps de Xigera, Savuti, Savannah et Chief’s camp + une croisière de 3 jours sur la rivière Chobe, et en 2015 les camps de Khwai, Jacana et Baines. Chacun de ces séjours avait été vécu comme un enchantement du fait des paysages exceptionnels du delta, alliant étendues d’eau souvent couvertes de nénuphars et de jacinthes d’eau et ilots forestiers, genéralement riches en palmiers, sur et entre lesquels la vie sauvage grouillait.

Ce nouveau séjour s’est déroulé pendant 9 jours sur 3 sites du Nord du Botswana: Le « Chobe Game Lodge », au Nord-Est du Parc National de Chobe. Ce lodge est implanté au bord de la rivière Chobe qui constitue à ce niveau la frontière entre Botswana et Namibie. Les deux autres sites, Shinde (prononcé Shindi) et Kwando lagoon se situaient plus à l’Ouest, au Nord du delta de l’Okavango (voir cartes ci-dessous), et nous les avons rejoints via de petits avions de brousse.

Plan d'ensemble du Botswana et de ses principales Réserves (colorées en brun).Plan d'ensemble du Botswana et de ses principales Réserves (colorées en brun). Le Botswana a visé de longue date un tourisme écologique et animalier en classant une large part de son territoire en réserves. Les prix élevés de ce tourisme l'ont rendu plutôt élitiste, et ont en tous cas empéché le tourisme de masse. Notre voyage s'est déroulé au Nord : Chobe Game Lodge, relativement prés de Kasane, puis Shinde et Kwando Lagoon dans le delta de l'Okavango, en bleu autour de de Moremi.
Carte du Nord du Botswana et du Parc National de Chobe (Chobe National Park) situant les 3 zones visitées pendant notre séjour au Botswana.Carte du Nord du Botswana et du Parc National de Chobe (Chobe National Park) situant les 3 zones visitées pendant notre séjour au Botswana. Sur cette carte j'ai entouré la position des 3 lodges dans lesquels nous avons séjourné: Au Nord-Est du Botswana Chobe Game Lodge, au bord de la rivière Chobe qui constitue à ce niveau la frontière entre le Botswana et la Namibie, puis plus à l'Ouest Shinde-Ker & Downey, au Nord du Delta de l'Okavango, et plus à l'Ouest encore Kwando Lagoon. Kwando (du Portuguais Cuando), Linyanti et Chobe sont la même rivière qui sourd en Angola et se jette dans le Zambèze après prés de 225 km.
Carte du Delta de l'Okavango avec ses nombreux camps et la Réserve de Moremi.Carte du Delta de l'Okavango avec ses nombreux camps et la Réserve de Moremi. L'Okavango est un fleuve qui nait en Angola et ne parvient pas à rejoindre l'océan. De ce fait il s'étale en période de grandes eaux en un vaste delta dans le désert du Kalahari: environ 10000 km2 de canaux et de lagons qui fertilisent le désert et y entretiennent une vie sauvage particulièrement riche. Un nombre considérable de lodges et de camps de tentes y accueillent des touristes.

Séjour dans le Chobe Game Lodge (Parc National de Chobe) du 14 au 18 Novembre

J’avais déjà visité à 2 reprises la partie Nord de cet immense parc (prés de 12000 km2) très riche en mammifères et particulièrement en éléphants (on peut en dénombrer jusque 45000 en saison sèche). Je n’avais pas gardé un souvenir exceptionnel de sa partie terrestre du fait d’un nombre de voitures de safari excessif à mon gout. Par contre j’avais encore en tête des images exceptionnelles de couchers du soleil sur la rivière Chobe au dessus de laquelle se détachaient les silhouettes de nombreux éléphants venant y boire. J’avais aussi lu plusieurs rapports vantant la richesse ornithologique de ce parc, particulièrement le long de la rivière Chobe (plus de 440 des 560 espèces d’oiseaux observées au Botswana y auraient été vues, dont jusque plus de 200 en 3 jours !). Enfin le Chobe Game Lodge avait l’avantage d’être le seul lodge implanté à l’intérieur du parc. Ce qui permettait de débuter les observations dés la sortie du lodge, au lieu de « perdre » lors de chaque sortie 30 mn ou plus pour accéder au parc et franchir ses grilles, et autant le soir pour regagner un lodge extérieur. De plus cela donnerait à notre voiture une avance significative sur le flot des véhicules venant de l’extérieur qui arriveraient une demi-heure plus tard.

Nous sommes parvenus au Chobe Game Lodge via un vol depuis Johannesbourg (Afrique du Sud, où nous avions atterri 10h après notre départ de France) jusque Kasane, proche du Parc de Chobe, puis un transfert voiture d’environ 15 mn jusque le lodge. Ce Lodge s’est avéré très agréable en termes de locaux, de personnel, particulièrement sympathique et prévenant, et d’environnement.

Cet environnement est en effet boisé, traversé d’allées et de passerelles dont plusieurs permettent aussi d’observer les berges de la rivière. Nous y avons observé de nombreux oiseaux, particulièrement Bulbuls tricolores et à ventre jaune,Choucadors à épaulettes rouges,Cratéropes fléchés, Cossyphes de Heuglin, Gonoleks à ventre blanc,ainsi que des Tisserins écarlates construisant leur nid et un splendide Tchitrec d’Afrique mâle. Un couple du rare Touraco de de Schalow (Tauraco Schalowi) fréquentait aussi le boisement du lodge et souvent ses abreuvoirs mais nous ne l’avons malheureusement jamais aperçu. Un groupe de Mangoustes rayées très peu farouches était également souvent observé sur place.

Bulbul tricolore adulte (Dark-capped bulbul, Pycnonotus tricolor), Chobe Game Lodge, Botswana.Bulbul tricolore adulte (Dark-capped bulbul, Pycnonotus tricolor), Chobe Game Lodge, Botswana. Le principal Bulbul régional, et l'un des oiseaux les plus communs rencontrés à Chobe.
Gonolek à ventre blanc (Swamp boubou, Lanius bicolor), Chobe game lodge, Parc National de Chobe, Botswana.-6851Gonolek à ventre blanc (Swamp boubou, Lanius bicolor), Chobe game lodge, Parc National de Chobe, Botswana.-6851 Un membre de la famille des "Boubous" (leur nom Anglais, plus évocateur de l'Afrique), dont les duets du couple, associant sifflements perçants chez l'un et craquètements parfaitement synchronisés chez l'autre sont un des sons Africains qui me fait le plus frissonner. A écouter sur www.Xeno-Canto directement ou via www.oiseaux.net
Mangouste rayée (Banded mongoose, Mungos mungo), adulte se reposant à l'ombre à mi-journée, Chobe game lodge, Botswana.Mangouste rayée (Banded mongoose, Mungos mungo), adulte se reposant à l'ombre à mi-journée, Chobe game lodge, Botswana. C'était la première fois que je rencontrais des mangoustes si peu farouches. Il faut dire qu'en Afrique certains leur donnent le rôle de nos chats, attrapant souris et rats, mais aussi les serpents. D'autres en font aussi des animaux de compagnie!

Au Chobe Game Lodge, tous les chauffeurs-guides sont aujourd’hui des femmes, résultat d’une mesure de « women’s empowerment », une politique encore récente mais qui a le vent en poupe en Afrique sub-saharienne. Ainsi dans plusieurs autres pays comme le Zimbabwe, les femmes peuvent maintenant accéder après une formation adéquate à des postes de Rangers engagées dans la lutte contre le braconnage, un rôle jusque-là réservé aux seuls hommes. Outre que cela à permis à nombre de femmes de se réaliser, elles ont fait preuve d’une excellente efficacité professionnelle. On a aussi observé dans ce contexte une diminution des tensions locales entre villageois et grande faune, qui détruit parfois les cultures ou entre en compétition avec le bétail au niveau des pâturages. Les villageois ont en effet réalisé qu’avec ces nouveaux emplois la protection de la nature pouvait désormais apporter des revenus complémentaires à leur village d’où une meilleure acceptation des dégâts causés, qui sont par ailleurs de plus en plus souvent remboursés aux victimes.

Nous avons pu constater que les femmes employées par le Chobe Game Lodge étaient de très bonnes guides traditionnelles en matière de flore et de mammifères. Par contre notre expérience avec deux d’entre elles, dont l’une nous avait été présentée par la direction comme la plus compétente en matière d’ornithologie, nous a convaincu du fait qu’il n’y avait pas dans ce lodge de guide très compétent dans ce domaine, ce qui n’avait bien sur rien à voir avec leur sexe, mais résultait d’un manque de formation idoine (note estimée à 3/5 pour la meilleure d’entre elles).

Au cours des 3 journées passées au Chobe Game Lodge, nous avons pu observer la faune au niveau de 3 sites principaux : quotidiennement à pied dans l’espace boisé entourant le lodge, à 2 reprises lors d’une croisière en bateau d’environ 2 h sur un bras mort de la rivière Chobe, et dans le le parc lui-même lors de 5 sorties de 2 à 3h en voiture type Safari.

Nous avons ainsi pu observer un total de 65 espèces d’oiseaux, 10 espèces de mammifères, et 3 espèces de reptiles, dont respectivement 41, 7 et 1 espèces sont représentées ci-après par des photos. Les dates, lieux, nombres d’individus de chaque espèce et d’autres particularités des observations peuvent être trouvés sur www.observation.org en se référant au nom jacques buvat et à la date de l’observation.

Vous trouverez ici plus d'information sur la façon d'utiliser Observado.

Les noms Anglais et Latins de l’espèce et les sites de prise des photos (presque toutes dans le Parc National de Chobe) seront trouvés sur les légendes des photos ainsi que sur les listes des espèces observées. Les espèces dont le nom est souligné sont illustrées par une ou plusieurs photos. Des photos de certaines des espèces non représentées ci-dessous pourront être trouvées via le moteur de recherche du site (recherche par mot clé).

Les oiseaux du Parc National de Chobe

Nous avons regroupé les espèces observées en 4 groupes : Espèces aquatiques, Rapaces, Passereaux, et Autres comportant la plupart des espèces exotiques de taille moyenne, dont les Galliformes (Francolins et Pintades), Outardes, Colombidés (Pigeons et tourterelles), Touracos, Calaos, Guêpiers et Rolliers pour les principales)

En ce qui concerne les ESPECES AQUATIQUES nous en avons observé 19 dont 11 sont illustrées ci-dessous (noms soulignés):

2 espèces de l’ordre des Suliformes : 1 Cormoran Africain et 2 Anhingas d’Afrique,

5 espèces de la famille des Ardéidés : 1 Héron Goliath, 1 Héron Cendré, 22 Hérons Garde-bœufs, 1 Grande aigrette et 1 Aigrette garzette.

Anhinga d'Afrique (African darter, Anhinga rufa), mâle nuptial, rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana.Anhinga d'Afrique (African darter, Anhinga rufa), mâle nuptial, rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana. Les 4 espèces d'Anhinga (d'Afrique, d'Amérique, d'Asie et d'Australie) sont cousines des cormorans (même ordre des Suliformes). Les Anhingas en diffèrent toutefois par leur bec plus long et effilé, et surtout par leur cou aussi beaucoup plus long, ce qui leur a valu leur nom d'oiseau serpent, car c'est la seule partie de leur corps qui émerge lorsqu'ils nagent, évoquant un serpent dressé au dessus de l'eau.
Anhinga d'Afrique (African darter, Anhinga rufa), femelle adulte, Chobe National Park, Botswana.Anhinga d'Afrique (African darter, Anhinga rufa), femelle adulte, Chobe National Park, Botswana. Les adultes sont principalement noirs, hormis la face antérieure du cou qui est rousse. Chez la femelle et chez l'immature l'arrière du cou et la calotte sont roux alors qu'ils ont noirs chez le mâle. Chez les adultes on observe aussi une strie claire moins marquée chez la femelle, qui prolonge la mandibule supérieure et se perd sur la face latérale du cou. Cette strie est absente chez l'immature.
Anhinga d'Afrique (African darter, Anhinga rufa), envol d'une femelle adulte, Chobe National Park, Botswana-6437Anhinga d'Afrique (African darter, Anhinga rufa), envol d'une femelle adulte, Chobe National Park, Botswana-6437 Femelle car la calotte est rousse. Noter par ailleurs le volume de l'oiseau, et la longueur des ailes la queue, tous éléments qui contribuent à le distinguer des Cormorans Africains et particulièrement du plus gros, le Cormoran à poitrine blanche.
Héron Goliath adulte (Goliath Heron, Ardea Goliath) dans la mangrove, Réserve Nationale des iles du Saloum, Toubacouta, SénégalHéron Goliath adulte (Goliath Heron, Ardea Goliath) dans la mangrove, Réserve Nationale des iles du Saloum, Toubacouta, Sénégal Le Héron Goliath est le plus grand des Hérons, et même de tous le Echassiers (qui incluent aussi les Grues et les Cigognes). Sa longueur moyenne (de l'extrémité du bec à celle de la queue) est de 150 cm. Les photos que j'en avais prises dans le Parc National de Chobe étant médiocres, j'en ai substitué d'autres prises devant une mangrove du Sénégal.
Héron Goliath (Goliath heron, Ardea Goliath), envol d'un adulte, Kwai River Camp, North West District, Botswana.Héron Goliath (Goliath heron, Ardea Goliath), envol d'un adulte, Kwai River Camp, North West District, Botswana. C'est au vol que le Héron Goliath est le plus majestueux, avec son envergure qui peut atteindre 230 cm contre 175cm pour le Héron cendré. Vu par dessous, le contraste entre les couvertures sous-alaires rousses et les rémiges grises le distingue facilement du Héron cendré.
Héron cendré (Grey heron, Ardea cinerea), immature de 1er hiver venant de capturer une grenouille, Chobe National Park, Botswana.Héron cendré (Grey heron, Ardea cinerea), immature de 1er hiver venant de capturer une grenouille, Chobe National Park, Botswana. Il s'agit bien du Héron cendré que nous observons presque quotidiennement en France et qui est en fait ubiquitaire, à l'exception des Amériques centrale et du sud. L'absence de blanc sur la tête et la limitation du noir à la nuque évoquent un immature, qui s'y reprend depuis plus de 5 mn pour essayer d'avaler un batracien récalcitrant.

Nous avons aussi vu 3 espèces de Ciconiidés (Cigognes) : 1 Tantale Ibis, 60 Marabouts d’Afrique et 5Bec-ouverts Africains, et 2 espèces d’Ibis : 2 Ibis Sacrés et 1 Ibis Hagedash.

2 espèces d’ Anatidés, 2 Oies armée de Gambie et 27 Ouettes d’Egypte, et 1 de Jacananidé, 3 Jacanas à poitrine dorée.

2 espèces de Burhinidae, 2 Oedicnèmes Vermiculés et 1 Oedicnème Tachard et enfin 2 de Vanneaux (Charadriidés), 50 Vanneaux armés et 5 Vanneaux à tête blanche.

Bec-ouvert Africain (African openbill        Anastomus lamelligerus), adulte nuptial sondant le fonds de la rivière Chobe à la recherche de nourriture, Chobe National Park, Botswana.Bec-ouvert Africain (African openbill Anastomus lamelligerus), adulte nuptial sondant le fonds de la rivière Chobe à la recherche de nourriture, Chobe National Park, Botswana. Le Bec-ouvert est une cigogne de taille moyenne, plus petite que la Cigogne blanche, et entièrement noire bien qu'en plumage nuptial, comme sur cette photo, les plumes du bas du cou, du dos, et des couverture alaires présentent des reflets brun roux, verts ou violets. Mais sa principale caractéristique est l'interstice qui persiste entre ses mandibules dans la moitié distale de son bec.
Bec-ouvert Africain (African openbill, Anastomus lamelligerus), adulte nuptial s'apprêtant à avaler un escargot d'eau, Chobe game lodge, Chobe National Park, Botswana.Bec-ouvert Africain (African openbill, Anastomus lamelligerus), adulte nuptial s'apprêtant à avaler un escargot d'eau, Chobe game lodge, Chobe National Park, Botswana. La forme trés particulière du bec de cette oiseau est parfaitement adaptée à son alimentation principalement faite de mollusques d'eau douce tel celui qu'on aperçoit dans son bec sur la photo, ou d'autres mollusques cette fois bivalves, que son bec lui permet d'ouvrir facilement.
Ibis sacrés adulte et immature (African sacred ibis, Threskiornis aethiopicus), Chobe National Park, Botswana.Ibis sacrés adulte et immature (African sacred ibis, Threskiornis aethiopicus), Chobe National Park, Botswana. L'immature, à l'avant, se distingue facilement par son cou emplumé alors que celui de l'adulte, à l'arrière, est nu. L'Ibis sacré a été introduit involontairement en Bretagne puis dans l'Aude (évasion d'oiseaux élevés en captivité). Accusé d'être un pilleur de nids et de poussins, il a été classé espèce invasive, et en majorité éliminé par tirs. Des scientifiques contestent ce statut et ont au contraire rapporté des bénéfices à sa présence particulièrement en la limitant la multiplication d'une autre invasive, l'écrevisse de Louisiane.
Oie-armée de Gambie (Spur-winged goose, Plectropterus gambensis), femelle adulte, Chobe National Park, Botswana.Oie-armée de Gambie (Spur-winged goose, Plectropterus gambensis), femelle adulte, Chobe National Park, Botswana. Cette grande oie (longueur bec-queue 75 à 100 cm) est dite armée du fait de la présence d'un éperon au poignet de l'aile. Elle l'utilise lors d'éventuels combats. Le mâle aurait des caroncules protubérantes sur le front et une tâche blanche à l'avant de l'aile. Comme beaucoup d'oies, c'est un oiseau qui vit le plus souvent en groupe de plusieurs dizaines..
Ouette d'Egypte adulte (Egyptian goose, Alopochen aegyptica), the company's garden, Cape town, Afrique du Sud.Ouette d'Egypte adulte (Egyptian goose, Alopochen aegyptica), the company's garden, Cape town, Afrique du Sud. Nous avons vu plus de 20 de ces Ouettes à Chobe, mais aucune n'a voulu se prêter au jeu des photos, d'où ce cliché pris en Afrique du Sud. Cette belle oie un peu plus petite que l'Oie armée de Gambie (longueur maximum 75 cm) est devenue une espèce invasive en Europe et particulièrement en France, résistant aux températures hivernales négatives, et entrant en compétition avec les oies Européennes. Elle est soumise dans notre pays à des tirs d'élimination.
Jacana à poitrine dorée (African jacana, Actophilornis africanus), Parc National des Oiseaux du Djoudj, Sénégal.Jacana à poitrine dorée (African jacana, Actophilornis africanus), Parc National des Oiseaux du Djoudj, Sénégal. J'au du plonger dans mes photos passées pour illustrer cette espèce car nous n'avons vu qu'un seul Jacana sur la rivière Chobe. Il faut dire que très peu de nénuphars ou de jacinthes d'eau la recouvraient, alors que les jacanas ont besoin d'une telle végétation flottante pour se déplacer, leurs longs doigts permettant de répartir leur poids sur une plus grande surface, s'y nourrir des insectes qui y prolifèrent, s'y cacher et s'y reproduire.
Oedicnèmes vermiculès (Water thicknees, Burhinus vermiculatus), Chobe National Park, Botswana.Oedicnèmes vermiculès (Water thicknees, Burhinus vermiculatus), Chobe National Park, Botswana. C'est le plus souvent, mais pas exclusivement, prés de l'eau qu'on trouve l'Oedicnème vermiculé. Il ressemble beaucoup à l'Oedicnème du Sénégal, et ce sont souvent ses gros yeux qui frappent au premier abord. Comme lui il se signale souvent le soir par ses cris plaintifs et répétitifs à la tombée de la nuit.
Œdicnème tachard adulte (Spotted thicknee, Burhinus capensis), Chobe National Park, Botswana-6734Œdicnème tachard adulte (Spotted thicknee, Burhinus capensis), Chobe National Park, Botswana-6734 Contrairement à l'oedicnème vermiculé, l'oedicnème tachard qui est un peu plus gros, est rarement vu prés de l'eau, mais il n'en est tout de même jamais extrêmement éloigné. Si sa poitrine et son cou sont striés, son dos et ses ailes sont constellés de petites tâches sombres, et ses ailes ne portent pas le panneau rectangulaire gris clair caractéristique de l'œdicnème vermiculé.
Vanneau à tête blanche adulte (White-crowned lapwing, Vanellus albiceps), Chobe National Park, Botswana.Vanneau à tête blanche adulte (White-crowned lapwing, Vanellus albiceps), Chobe National Park, Botswana. Le Vanneau à tête blanche pourrait être confondu avec le Vanneau du Sénégal car tous deux présentent des caroncules jaunes spectaculaires, ainsi qu'un front blanc. Le second est toutefois beaucoup plus marqué de blanc au niveau du dessous, entièrement de cette couleur, et de l'aile tant pliée, que plus encore au vol. De plus toute la partie médiane de sa calotte est blanche, et pas seulement le front. Pour le reste tous deux affectionnent les mêmes zones humides, mais nous n'avons pas observé le second à Chobe.

En ce qui concerne les RAPACES, en 3 jours nous en avons observé 7 espèces parmi lesquels 6 de rapaces diurnes et 1 de rapace nocturne. Six de ces espèces sont illustrées par les photos ci-dessous.

Parmi les RAPACES DIURNES, 3 espèces d’Aigles : le long de la rivière Chobe, 3 Pygargues vocifères en 2 fois, dont un couple, et aux lisières de la partie boisée du Parc 6 Aigles ravisseurs vus 1 à la fois, dont l’un probablement immature et un Circaète brun adulte.

Dans la partie boisée du Parc nous avons aussi observé un Milan noir, 2 Vautours Africains, un adulte et un grand juvénile auprès d’un nid, et un Vautour Charognard. C’est aussi dans la partie boisée que nous avons vu le seul RAPACE NOCTURNE, une Chevêchette du Cap.

Pygargue vocifère adulte (Fish eagle, Haliaeetus vocifer), Chobe National Park, Botswana-5967Pygargue vocifère adulte (Fish eagle, Haliaeetus vocifer), Chobe National Park, Botswana-5967 Tant la silhouette de ce magnifique oiseau, le plus souvent juché sur les branches les plus hautes d'un grand arbre au bord de l'eau, que sa voix perçante mais envoutante sont emblématiques de l'Afrique subsaharienne. Dépendant des milieux aquatiques, il n'est pas pour autant exclusivement piscivore et consomme à l'occasion des petits rongeurs ou des oiseaux aquatiques de taille moyenne. Il recourt aussi souvent au kleptoparasitisme (vol des proies capturées par d'autres oiseaux).
Pygargues vocifères (Fish eagle, Haliaeetus vocifer), couple adulte, Chobe National Park, Botswana.Pygargues vocifères (Fish eagle, Haliaeetus vocifer), couple adulte, Chobe National Park, Botswana. C'est très souvent en couple qu'on voit les Pygargues vocifères. Leurs liens semblent en effet très forts, et même si l'on n'en aperçoit qu'un, souvent l'autre n'est pas loin comme le montrent les cris qu'ils échangent. Noter la différence de taille, habituelle, la femelle étant plus grosse.
Circaète brun adulte (Brown snake-eagle, Circaetus cinereus),  Brousse de Somone, Sénégal.Circaète brun adulte (Brown snake-eagle, Circaetus cinereus), Brousse de Somone, Sénégal. Aigle de taille moyenne (L moyenne 70 cm, envergure 200 cm). Comme tous les Circaètes le brun se nourrit principalement de serpents. Son iris jaune est un critère diagnostique essentiel. C'est le Circaète le plus répandu en Afrique tropicale.Photo prise au Sénégal faute de succès à Chobe.
Aigle ravisseur (Tawny eagle, Aquila rapax), probable femelle adulte, Chobe National Park, Botswana-6279                                                                                                     Aigle ravisseur (Tawny eagle, Aquila rapax), probable femelle adulte, Chobe National Park, Botswana-6279 Un des aigles les plus abondants en Afrique, et celui que nous avons vu le plus à Chobe. Longueur moyenne 70 cm, Envergure max 185. Commissure du bec longue, atteignant le milieu de l'oeil (l'arrière de l'oeil chez l'aigle des steppes). Probable femelle selon la grande taille et la couleur très sombre.
Aigle ravisseur (Tawny eagle, Aquila rapax), immature probable, Chobe National Park, Botswana.Aigle ravisseur (Tawny eagle, Aquila rapax), immature probable, Chobe National Park, Botswana. Les juvéniles et immatures sont généralement plus pâles que les adultes, mais certains adultes sont aussi très pâles, avec un iris brun (jaune clair chez l'adulte), des pointes blanches à la queue et aux grandes couvertures sus-alaires d'où une fine barre blanche en vol vu de dessus, absente chez l'adulte.
Milan noir adulte (Black kite, Milvus migrans), Chobe National Park, Botswana.Milan noir adulte (Black kite, Milvus migrans), Chobe National Park, Botswana. En Afrique subsaharienne c' est un migrant paléarctique (Europe, Afrique et Asie du Nord, où il ne passe guère plus de 4 mois par an, pour s'y reproduire). Lle rapace le plus commun en Afrique, à vrai dire plus charognard que véritable tueur. Identifié surtout par sa queue légèrement fourchue. Son cousin le Milan à bec jaune n'en diffère que par une taille un peu moindre et un bec entièrement jaune, pointe incluse.
Vautours Africains (White-backed vulture, Gyps Africanus), sur et auprès d’un  nid, Chobe National Park, Botswana.Vautours Africains (White-backed vulture, Gyps Africanus), sur et auprès d’un nid, Chobe National Park, Botswana. Le Vautour Africain, identifiable par son bas du dos blanc, est un trés grand oiseau (jusque 100 cm de longueur et plus de 2m20 d'envergure) et le plus répandu des Vautours d'Afrique. On en voit ici 2 individus encadrant un nid situé à la cime d'un très grand arbre, et on pense un première intention que l'un d'eux est en train de couver.
Vautours Africains (White-backed vulture, Gyps Africanus), gros plan sur un grand juvénile et un adulte sur et auprès d’un  nid, Chobe National Park, Botswana.Vautours Africains (White-backed vulture, Gyps Africanus), gros plan sur un grand juvénile et un adulte sur et auprès d’un nid, Chobe National Park, Botswana. Le gros plan permis par le zoom suggère qu'en fait l'oiseau ammpngé sur le nid est un grand juvénile, selon la couleur encore blanche de sa face, et son plumage d'aspect neuf, par comparaison avec celui de l'adulte perché.
Chevêchette du Cap (African barred owlet, Glaucidium Capense), adulte vu de dos, Chobe National Park, Botswana.Chevêchette du Cap (African barred owlet, Glaucidium Capense), adulte vu de dos, Chobe National Park, Botswana. Les chevêchettes sont de petites chouettes (21 cm de longueur pour celle-ci et 19 cm pour la Chevêchette perlée). Bien que prise de dos, cette photo permet de mettre en évidence les 2 principaux critères de différentiation des 2 espèces, à savoir la longue bande blanche qui barre l'aile, et l'absence de "faux yeux" sur la nuque, 2 tâches sombres ressemblant à 2 yeux présentes chez la Chevéchette perlée. On distingue aussi des tâches sombres arrondies sur le ventre, alors que les marques correspondantes sont plutôt des stries verticales chez la Chevêchette perlée.

Nous avons observé 21 espèces de l’ordre des PASSEREAUX (Passeriformes), appartenant à 13 familles. Elles sont énumérées ci-dessous par ordre alphabétique, hormis un regroupement en début de liste des espèces appartenant à la famille des Estrilidae, petits oiseaux pour la plupart remarquables par leurs délicates couleurs. La plupart de ces espèces sont représentées par au moins 1 photo (en tel cas le nom de l’espèce est souligné). Les chiffres précédant l’espèce indiquent le nombre d’individus observés. Que le chiffre soit suivi de + signifie qu’au moins ce chiffre, mais peut-être plus ont été vus.

En ce qui concerne les Estrilidés,1 mâle Amarante du Sénégal,1 mâle et 3 femelles Beaumarquet Melba, 3 Cordonbleus de l’Angola, 1 Cordonbleu grenadin ;

En ce qui concerne les autres familles 10+ Bulbuls tricolores, 2 Bulbuls à ventre jaune, 5+Choucadors à épaulettes rouges, 3+Choucadors à oreillons bleus et 10+ Cisticoles grinçantes.

Beaumarquet melba (Green-winged pytilia, Pytilia melba), mâle adulte, Chobe National Park, Botswana-n-1201.JPGBeaumarquet melba (Green-winged pytilia, Pytilia melba), mâle adulte, Chobe National Park, Botswana-n-1201.JPG Le Beaumarquet Melba est un petit oiseau de la famille des Estrilidés qu'on peut observer en petit nombre dans toute l'Afrique subsaharienne. Principalement granivore la plupart du temps, il devient principalement insectivore lorsqu'il doit nourrir ses petits dont la croissance requiert beaucoup de protéines, contenues dans les insectes.
Beaumarquet melba (Green-winged pytilia, Pytilia melba) femelle adulte apportant un brin d'herbe sèche pour construire son nid, Chobe National Park, Botswana.Beaumarquet melba (Green-winged pytilia, Pytilia melba) femelle adulte apportant un brin d'herbe sèche pour construire son nid, Chobe National Park, Botswana. Comme chez beaucoup d'autres oiseaux, le plumage de la femelle Beaumarquet melba est plus discret que celui du mâle, ce qui la rend moins voyante. Pas de rouge sur la tête ni de vert sur la poitrine qui risqueraient d'attirer l'attention de prédateurs pendant la construction de son nid ou le nourrissage de ses petits.
Cordonbleu de l'Angola (Blue waxbill, Uraeginthus angolensis), mâle adute, Chobe National Park, Botswana.Cordonbleu de l'Angola (Blue waxbill, Uraeginthus angolensis), mâle adute, Chobe National Park, Botswana. Les Estrilidés sont généralement de très petits oiseaux, et le Cordonbleu de l'Angola n'échappe pas à cette règle avec ses 11.5 cm. On le trouve dans la moitié Sud de l'Afrique sub-saharienne, et il est très proche du Cordon bleu à joues rouges qui en occupe la moitié Nord, et dont le mâle diffère par une tâche rouge-orange sur chaque joue, et un bleu un peu moins vif.
Cordon-bleu grenadin (Violet-eared waxbill, Uraeginthus granatinus), mâle adulte nuptial, Chobe National Park, Botswana.-6771.JPGCordon-bleu grenadin (Violet-eared waxbill, Uraeginthus granatinus), mâle adulte nuptial, Chobe National Park, Botswana.-6771.JPG Voici un joli petit oiseau beaucoup moins commun que le Cordonbleu de 'Angola. Ce n'était que la seconde fois que je le voyais, après une observation d'un couple en Afrique du Sud. Comme habituellement son nom Anglais (Cordonbleu à oreilles violettes)est beaucoup plus descriptif que le Français).
Bulbul tricolore (Dark-capped bulbul, Pycnonotus tricolor), adulte au lever du jour, Chobe National Park, BotswanaBulbul tricolore (Dark-capped bulbul, Pycnonotus tricolor), adulte au lever du jour, Chobe National Park, Botswana Les bulbuls sont d'autres oiseaux typiques de l'Afrique. Chaque région a le sien, ou en a 2 ou 3 qui sont particulièrement commune et jouent souvent le rôle du réveil-matin, chantant vigoureusement dés le lever du jour. Sa troisième couleur, mal visible ici du fait de la lumière dorée du solei levant, est le jaune de son bas ventre.
Bulbul à poitrine jaune adulte(Yellow-bellied greenbul, Chlorocichla flaviventris), Chobe National Park, Botswana.JPGBulbul à poitrine jaune adulte(Yellow-bellied greenbul, Chlorocichla flaviventris), Chobe National Park, Botswana.JPG Ce n'était également que la seconde fois que nous rencontrions cette espèce, vue la première fois dans le Parc de Madikwe, situé en Afrique du Sud, prés de sa frontière avec le Botswana. Ce n'est pas seulement la poitrine qui est jaune chez ce bel oiseau, mais tout le dessous.
Choucador à épaulettes rouges (Cape starling, Lamprotornis nitens), Chobe Came Lodge, Chobe National Park, Botswana.Choucador à épaulettes rouges (Cape starling, Lamprotornis nitens), Chobe Came Lodge, Chobe National Park, Botswana. Les Choucadors, anciens Merles métalliques, sont une autre famille d'oiseaux trés colorés typiques de d'Afrique, la plupart dans les tons bleus ou violets. Celui-ci sortait de son bain, et, ragaillardi, chantait. On distingue à l'avant de son aile la tâche rouge qui lui vaut son nom.
Choucador à oreillons bleus (Greater blue-eared staring, Lamprotornis chalybaeus), adulte nuptial, Chobe National Park, Botswana.JPGChoucador à oreillons bleus (Greater blue-eared staring, Lamprotornis chalybaeus), adulte nuptial, Chobe National Park, Botswana.JPG Comme en ce qui concerne les Bulbuls, chaque région d'Afrique a son ou ses Choucadors. Mais si la distribution de celui à épaulettes rouges est limitée à l'Afrique australe, le Choucador à oreillons bleus peut être rencontré dans quasiment toute l'Afrique subsaharienne, donc l'un des plus communs, mais aussi des plus beaux d'Afrique.
Cisticole grinçante adulte (Rattling cisticola, Cisticola chiniana), Chobe National Park, Botswana.Cisticole grinçante adulte (Rattling cisticola, Cisticola chiniana), Chobe National Park, Botswana. Les cisticoles sont de petits passereaux proches des fauvettes, difficiles à identifier du fait de leur tempérament farouche, et de l'absence de différences nettes de leurs plumages. La "grinçante" est la plus répandue en Afrique. Les éléments distinctifs sont le dessus de la tête roux, la queue assez longue et fortement marquée de barres sombres sur sa face ventrale, et surtout son chant répétitif très sonore.

Nous avons encore observé, 1 femelle de Combassou du Sénégal, 2 Corvinelles noir et blanc (famille des Pie-Grièches),3 Cossyphes de Heuglin,4 Cratéropes fléchés, 4+ Gonoleks à ventre blanc,2 Pie-grièches écorcheur, 3 Pie-grièches à ventre rose, toutes juvéniles, 1 Moineau Sud-Africain, 2 Pipits Africains,1 beau mâle Tchitrec Africain en plumage nuptial, 6 Spopopipes squameux, et 2 Tisserins Ecarlate s’affairant à construire leur nid.

Cossyphe de Heuglin (White-browed robin-chat, Cossypha heuglini), Chobe game lodge, Parc National de Chobe, Botswana.Cossyphe de Heuglin (White-browed robin-chat, Cossypha heuglini), Chobe game lodge, Parc National de Chobe, Botswana. Un bel oiseau de la famille des Gobemouches (Muscicapidés), de la taille d'une grive, dont l'aspect frappe par la couleur orange du dessous, y compris des rectrices qui le font ressembler à un rouge-queue, et par son long sourcil blanc, qui se détache sur le noir de la tête. Le mâle est aussi un excellent chanteur, émettant des strophes courtes mais puissantes et très mélodieuses.
Cratérope fléché adulte (Arrow-marked babbler, Turdoides jardineii), Chobe Game Lodge, Botswana.Cratérope fléché adulte (Arrow-marked babbler, Turdoides jardineii), Chobe Game Lodge, Botswana. Les cratéropes sont une famille d'oiseaux (les Léiotrichidés) caractérisés par leur tempérament grégaire et leurs vocalises bruyantes presque permanentes. Le Cratérope fléché est répandu dans la moitié sud de l'Afrique subsaharienne. Son nom lui vient de l'extrémité en forme de flèche des plumes de sa poitrine.
Gonolek à ventre blanc (Swamp boubou, Lanius bicolor), Chobe game lodge, Parc National de Chobe, Botswana.Gonolek à ventre blanc (Swamp boubou, Lanius bicolor), Chobe game lodge, Parc National de Chobe, Botswana. Les Gonoleks (G) sont pour la plupart des oiseaux bicolores à dessus noir, dont la couleur du ventre permet l'identification, et souvent dicte le nom: du blanc pur du G à ventre blanc au blanc rosé à peine discernable du Grand Gonolek à celui plus marqué du G d'Abyssinie au jaune vif ou au rouge des G à ventre jaune et à ventre rouge, jusque le jaune orange un peu sale du Gonolek boubou.
Pie-grièche écorcheur (Red-backed shrike, Lanius collurio), Chobe National Park, Botswana.Pie-grièche écorcheur (Red-backed shrike, Lanius collurio), Chobe National Park, Botswana. Gonoleks et Pies-Grièches sont des familles cousines. Mais si les premiers sont des résidents Africains, beaucoup de Pie-Gièches vues en Afrique sont des migrants Paléarctiques, comme cette Pie-Grièche écorcheur au dos roux, connue pour son habitude de se constituer des garde-mangers en embrochant des insectes sur de longues épines.
Pie-grièche à poitrine rose (Lesser grey shrike, Lanius minor), immature au lever du soleil, Chobe National Park, Botswana.Pie-grièche à poitrine rose (Lesser grey shrike, Lanius minor), immature au lever du soleil, Chobe National Park, Botswana. Cette espéc est aussi un migrant paléarctique qui, en France, s'est considérablement raréfiée, comme la Pie-Grièche écorcheur. Les rayons du soleil levant modifient un peu sa couleur. Immature, car le front n'est pas encore noir comme il le deviendra à l'âge adulte.
Pipit Africain (African pipit, Anthus cinnamomeus), Chobe National Park, Botswana.Pipit Africain (African pipit, Anthus cinnamomeus), Chobe National Park, Botswana. Les Pipits sont cousins des Bergeronnettes (famille des Motacillidés), dont ils partagent la longue queue. Une autre de leurs caractéristiques est le masque facial. Il en existe plus de 10 espèces en Afrique, mais le Pipit Africain est le plus répandu.
Tchitrec d'Afrique (African Paradise flycatcher, Tersiphone viridis), mâle adulte, Chobe Game lodge, Chobe National Park, Botswana.Tchitrec d'Afrique (African Paradise flycatcher, Tersiphone viridis), mâle adulte, Chobe Game lodge, Chobe National Park, Botswana. La principale particularité du Tchitrec d'Afrique, ex-Gobemouche de Paradis, est le développement extravagant des rectrices centrales du mâle nuptial. La longueur moyenne de l'oiseau atteint alors 33 cm dont 15 pour la seule queue, qui flotte très joliment au vol. Ses couleurs varient selon les sous-espèces, incluant une forme à dos et queue blancs.
Sporopipe squameux (Scaly-feathered weaver, Sporopipes squamifrons), Parc National de Chobe, Botswana.Sporopipe squameux (Scaly-feathered weaver, Sporopipes squamifrons), Parc National de Chobe, Botswana. Ce petit oiseau (10 cm) fait partie de la grande famille des tisserins (Ploceidés) et est donc grégaire. il tire son nom de l'aspect squameux de son front. Autres caractéristiques son bec rouge court mais épais, de type granivore, les barres malaires noires épaisses, et le contour blanc des couvertures alaires sombres.
Tisserin écarlate (Red-headed weaver, Anaplectes rubriceps), mâle nuptial tissant son nid, Chobe Game Lodge, Botswana.Tisserin écarlate (Red-headed weaver, Anaplectes rubriceps), mâle nuptial tissant son nid, Chobe Game Lodge, Botswana. Cet autre tisserin est le seul dont le plumage nuptial ait une dominante de rouge. Chez la femelle, le rouge est remplacé par un jaune orange pâle. Le nid est encore loin d'être terminé, car l'entrée, qui prend la forme d'un long tube, reste encore à construire!

Nous avons encore observé 15 AUTRES ESPECES, dont 9 sont illustrées ci-dessous par des photos, qui appartenaient à 7 ordres et 10 familles:

- Dans l’ordre des Galliformes, 3 espèces de Francolins, oiseaux de la famille et de la taille des perdrix : 6 Francolins à bec rouge, 4 Francolins de Swainson, et 7 Francolins huppés, ainsi que 5 Pintades de Numidie.

- Parmi les Coraciiformes, un ordre qui regroupe beaucoup des oiseaux les plus jolis et les plus colorés (Martin-pêcheurs, Martin-chasseurs, Guépiers et Rolliers) nous n’avons observé que 2 espèces : 1 Martin-Pêcheur géant perché sur un arbre mort au bord de la rivière Chobe, et une douzaine de Guêpiers à front blanc.

- Parmi les Bucérotiformes, l’ordre des Calaos,1 Calao leucomèle au bec jaune,1 Calao d’Afrique du Sud au bec rouge, 1 Calao trompette, grand oiseau spectaculaire qui nous avait été révélé par son chant tonitruant. Nous avons aussi vu 2 fois à 24h d’intervalle 4 Bucorves du Sud, ou « Calaos de terre » puisque leur activité se déroule essentiellement au niveau du sol.

- Parmi les Coucous (Cuculiformes), 2 Coucous Jacobins, 1 Coucal des Papyrus, et 3 Coucals à sourcils blancs.

-Enfin 1 Outarde Kori, 7 Touracos concolores, et 2 Tourterelles du Cap.

Francolin de Swainson adulte (Swainson's spurfowl, Pternistis swainsonii), Chobe National park, Botswana.Francolin de Swainson adulte (Swainson's spurfowl, Pternistis swainsonii), Chobe National park, Botswana. Apparentés aux perdrix et faisans, les Francolins occupent toute l'Afrique subsaharienne. Chaque région en recèle une à 3 espèces. Impossible de distinguer les sexes sur le terrain, hormis par le comportement de parade du mâle, qui chante souvent de façon répétée au sommet d'un monticule, ou sur une branche, particulièrement le matin.
Francolin huppé adulte (Crested francolin, Dendroperdix sephaena), Chobe National park, Botswana.Francolin huppé adulte (Crested francolin, Dendroperdix sephaena), Chobe National park, Botswana. Le Francolin huppé tire son nom de la crète érectile, qui se dresse en cas d'excitation. Mais ce n'était pas le cas lors de la prise de cette photo. Noter le mimètisme de son plumage avec le sol du sous-bois dans lequel il évoluait.
Pintade de Numidie adulte (Helmeted guinafowl, Numida meleagris), Chobe National Park, Botswana.Pintade de Numidie adulte (Helmeted guinafowl, Numida meleagris), Chobe National Park, Botswana. La pintade de Numidie, ou Pintade à cimier, est un oiseau grégaire et particulièrement bruyant, commun dans toute l'Afrique sub-saharienne. C'est aussi l'espèce qui a été domestiquée et est de ce fait consommée dans le monde entier.
Martin-pêcheur géant (Giant kingfisher, Megaceryle maxima), Rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana.Martin-pêcheur géant (Giant kingfisher, Megaceryle maxima), Rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana. Après le Kookabura Australien, ce Martin-pêcheur (MP) est le second plus grand au monde (longueur 45 cm), 2 à 3 fois plus gros que tous les autres MP Africains. Comme les autres, il se reproduit dans un terrier creusé dans une berge. On peut le rencontrer prés de l'eau dans toute l'Afrique subsaharienne.
Guêpier à front blanc adulte (White-fronted bee-eater, Merops bullockoides), Chobe National Park, Botswana.Guêpier à front blanc adulte (White-fronted bee-eater, Merops bullockoides), Chobe National Park, Botswana. Comme les autres guêpiers, il est essentiellement insectivore, chassant et consommant principalement guêpes et abeilles, y compris domestiques. Il creuse son nid dans des parois sableuses. Puis tant le mâle que la femelle doivent le surveiller assidument pour éviter des pontes parasites d'autres femelles de la colonie ou d'Indicateurs se déchargeant la tâche de les couver. Trop d'œufs et de poussins réduiraient les chances d'élever un nombre optimal de poussins.
Calao d'Afrique du sud (Southern red-billed hornbill, Tockus rufirostris), Chobe National Park, Botswana.Calao d'Afrique du sud (Southern red-billed hornbill, Tockus rufirostris), Chobe National Park, Botswana. Les Calaos (Bucérotiformes) se définissent par leur bec énorme, souvent légèrement incurvé, également souvent surmonté d'un volumineux casque fait de tissu corné. Il en existe une soixantaine d'espèces réparties entre l'Afrique et l'Asie. Le Calao d'Afrique du Sud est répandu dans toute l'Afrique Australe.
Calao trompette (Trumpeter hornbill, Bycanistes bucinator), mâle adulte, Chobe National Park, Botswana.-6162.JPGCalao trompette (Trumpeter hornbill, Bycanistes bucinator), mâle adulte, Chobe National Park, Botswana.-6162.JPG Ce grand Calao (jusque 65cm de longueur pour le mâle contre 45 à 50 pour les Calaos les plus souvent observés, comme le Calao d'Afrique du Sud) niche comme les autres membres de sa famille dans une cavité d'arbre dont l'entrée est presque totalement cimentée par la femelle, ne laissant libre qu'un pertuis permettant au mâle de nourrir sa famille.Jusqu'à ce que la femelle libère l'entrée lorsque les jeunes sont à même de prendre leur envol.
Coucal à sourcils blancs adulte (White-browed coucal, Centropus superciliosus), Lewa down estates, Eastern Province, Kenya.Coucal à sourcils blancs adulte (White-browed coucal, Centropus superciliosus), Lewa down estates, Eastern Province, Kenya. Un bel oiseau de taille moyenne (40 cm de longueur incluant sa longue queue). Contrairement aux autres coucous, les coucals ne recourent pas au parasitisme de reproduction, et couvent eux-mêmes leurs œufs. Un de leurs traits les plus marquants est leurs émissions vocales étranges, souvent émises en duo par le couple, sans qu'on parvienne à localiser d'où elles proviennent. Photo prise au Kenya faute de succès à Chobe.
Outarde Kori (Kori bustard, Ardeotis Kori), femelle adulte, Chobe National Park, Botswana.Outarde Kori (Kori bustard, Ardeotis Kori), femelle adulte, Chobe National Park, Botswana. La plus grande des outardes, jusque 140 cm de longueur et 18kg pour le mâle. Omnivores, avec une forte proportion de chair fraiche type lézards, serpents et petits mammifères. Fréquentent les savanes proches de zones arborées.

Les Mammifères et les Reptiles du Parc National de Chobe

Nous avons pu observer un total de 10 espèces de Mammifères, et 3 espèces de Reptiles, dont respectivement 7 et 3 sont représentées ci-après par des photos (noms d’espèce soulignés). Les dates, lieux, nombres d’individus de chaque espèce et d’autres particularités des observations peuvent être trouvés sur www.observation.org . Il faut simplement changer la catégorie Oiseaux en Mammifères ou Reptiles, ou tous.
Information : Comment trouvez plus de détails sur les observations sur le site Observado

En ce qui concerne les mammifères de l’ordre des Carnivores, nous avons rencontré 5 lions, dont un bébé égaré. Un léopard a traversé le lodge un matin vers 7h30, mais contrairement à 2 autres touristes nous n’avons pas eu la chance de le rencontrer.

Les lions adultes vivent généralement en groupes familiaux que nous qualifierons de clans, constitués d’un mâle dominant et de plusieurs femelles, auxquels viennent progressivement s’adjoindre les jeunes qu’ils produisent. Le rôle du mâle est, outre de procréer, de protéger les autres membres du clan. En effet d’autres mâles, souvent plus jeunes, vont régulièrement tenter de le détroner. S’ils y parviennent, ils tueront tous les jeunes du clan, ce qui, en interrompant l’allaitement des femelles, induira chez elles une nouvelle période d’oestrus (ovulation précédée d’une phase de réceptivité sexuelle). Le nouveau mâle pourra alors s’accoupler avec « ses » nouvelles lionnes, les féconder, et transmettre ses propres gènes.

Pour le reste, la vie du mâle d’un clan sera une lutte presque permanente, parcourant sans cesse les limites du territoire de son clan pour les « marquer » de son urine, repousser les intrusions d’autres lions qui réduiraient les ressources alimentaires du clan, et tenter d’impressionner, ou en cas d’échec combattre, les nombreux concurrents intéressés à la prise de contrôle des femelles, laquelle conduirait à l’éviction sinon à la mort du mâle « titulaire » jusque là. Ceci explique que l’espérance de vie des lions, qui atteint 30 ans ou plus en captivité, ne dépasse pas pour les mâles 8 à 12 ans à l’état sauvage, et 14 à 20 pour les femelles qui sont exposées à un peu moins de risques.

Certains clans comportent en fait 2 voire 3 mâles, le plus souvent, mais pas toujours, des frères, qui acceptent plus facilement de se partager les tâches de sécurité, et les bénéfices sexuels au niveau des femelles. Ce type d’alliance rend les clans plus forts et performants : ils sont capables de conquérir et défendre de plus grands territoires, donc de nourrir plus de jeunes, et de telles associations de mâles sont rarement ou seulement tardivement détrônées. Le clan qui occupe la zone du Chobe Game Lodge est un clan de ce type, dominé et protégé par 3 frères.

Lion d'Afrique (Lion, Panthera leo), mâle âgé. Chobe National Park, , Botswana.Lion d'Afrique (Lion, Panthera leo), mâle âgé. Chobe National Park, , Botswana. Le groupe des lions occupant la zone du Chobe Game Lodge est dominé et protégé par 3 frères (plus de détails dans l' introduction ci-dessus). Nous avons pu en photographier 2. Cette photo montre le plus "présentable". Il s'agit clairement de vieux lions si l'on en croit leur décharnement, particulièrement celui de leur face, et la couleur principalement noire de leur criniére . On peut s'étonner que des lions apparemment si affaiblis aient pu rester maitres de leur clan. C'est probablement une démonstration de l'avantage en terme de stabilité qu'apporte à un groupe de lions le fait d'être protégé simultanément par plusieurs mâles plutôt que par un seul. L'union fait la force!
Lionne d'Afrique (Lioness, Panthera leo), jeune femelle âgée d'environ 3 ans, Chobe National Park, Botswana.Lionne d'Afrique (Lioness, Panthera leo), jeune femelle âgée d'environ 3 ans, Chobe National Park, Botswana. Noter la persistance de tâches ocres en forme de rosettes sur les pattes. Plus diffuses et importantes chez les lionceaux, elles auront disparu à l'âge adulte, environ 4 ans, âge à partir duquel les lionnes commencent à procréer.
Lionceau d'Afrique (Lion cub, Panthera leo) âgé de quelques jours et égaré, Chobe National Park, BotswanaLionceau d'Afrique (Lion cub, Panthera leo) âgé de quelques jours et égaré, Chobe National Park, Botswana C'est le premier animal que nous avons vu dans le Parc de Chobe, gisant immobile au bord de la piste, à l'ombre d'un tronc. Probablement sa mère l'avait-elle caché sous un buisson avant de partir chasser, et en était-il sorti pour la chercher. On peut supposer qu'il est-il mort peu après, et a été mangé par un prédateur, car personne ne l'a revu après nous. A moins que sa mère l'ait vite retrouvé. Dans les grands parcs naturels, la règle est de ne pas intervenir en tel cas, et de laisser se dérouler les choses naturellement.

Les seuls autres mammifères de l’ordre des Carnivores que nous avons rencontrés à Chobe appartenaient d’une part à la famille des Mustélidés sous la forme d’un Ratel, ou Zorille du Cap (Honey badger – Mellivora capensis) que nous avons brièvement aperçu courant dans le sous-bois, sans pouvoir le photographier. Il s’agit d’une sorte de blaireau, grand amateur de miel, qui mesure en moyenne 75 cm de long et 30 cm de haut (au garrot c’est-à-dire à la jonction dos-cou). Il a aussi la réputation d’être particulièrement teigneux, à la fois féroce, tenace et endurant. Il est aussi farouche, ce qui fait que sa rencontre est relativement rare. D’autre part nous avons observé à plusieurs reprises des membres du groupe d’une dizaine de Mangoustes rayées (famille des Viverridés) déjà cité, qui évoluaient dans le périmètre de notre lodge.

Mangouste rayée (Banded mongoose, Mungos mungo), adulte à la recherche de nourriture, Chobe game lodge, Botswana.Mangouste rayée (Banded mongoose, Mungos mungo), adulte à la recherche de nourriture, Chobe game lodge, Botswana. Les mangoustes sont de petits carnivores trés sociaux, vivant le plus souvent en groupes de 10 à 50 individus. Elles occupent les régions semi-arides d'Afrique et d'Asie. L' espèce la plus célèbre est le Suricate. Nous avions souvent rencontré des mangoustes rayées dans nos voyages précédents, mais elles s'étaient montrées très farouches. Au Botswana et en Namibie nous en avons vu encore plus, mais cette fois beaucoup moins farouches, souvent approchables à seulement quelques mètres comme dans l'enceinte de notre lodge.
Mangouste rayée adulte (Banded mongoose, Mungos mungo), Chobe game lodge, Botswana.Mangouste rayée adulte (Banded mongoose, Mungos mungo), Chobe game lodge, Botswana. Comme les autres mangoustes, les mangoustes rayées se nourrissent de reptiles, dont des serpents, y compris venimeux (elles sont peu ou pas sensibles à leur venin), de petits rongeurs type rats et souris, de scorpions, de gros insectes, en fait de tous les animaux qui leur tombent sous la dent. Donc rien d'étonnant à ce qu'on les domestique souvent pour débarrasser les environs de ces hôtes indésirables.
Mangoustes rayées copulant (Banded mongooses, Mungos mungo) , Chobe Game Lodge, Botswana. Mangoustes rayées copulant (Banded mongooses, Mungos mungo) , Chobe Game Lodge, Botswana. Dans l'enceinte de notre lodge, ce mâle se faisait remarquer par sa vigueur sexuelle. Sachant qu'il avait probablement du obtenir de cette femelle apparemment impassible une autorisation pour cet acte, voire en recevoir l'injonction! Ce sont en effet les femelles qui dominent les clans de mangoustes rayées. Plus particulièrement les plus âgées, dont des études récentes ont montré qu'elles empêchaient les plus jeunes de se reproduire, et que si ces dernières outrepassaient cette loi, leurs jeunes étaient tués! Quant aux mâles, hormis leur utilité pour la reproduction, le seul rôle qui leur est dévolu est de défendre la communauté.

L’ordre des Artiodactyles est particulièrement représenté parmi les grands mammifères Africains. Il regroupe les mammifères ongulés dont les pattes se terminent par un nombre pair de doigts et donc d’ongles (plus souvent qualifiés de sabots). Ces ongulés sont répartis en 10 sous-ordres , dont ceux des Bovidés qui incluent de nombreuses espèces de ruminants herbivores peuplant les savanes Africaines, des Giraffidés, des Hippopotamidés et des Suidés, ces derniers correspondant aux porcins.

Parmi les espèces d’ Artiodactyles, nous n’avons rencontré à Chobe qu’ un seul membre de la famille des Antilopes, l’Impala, l’une des antilopes les plus communes mais probablement aussi la plus élégante : 35 individus dont au moins 3 mâles et 1 nouveau-né répartis en 3 groupes d’une dizaine d’individus + quelques isolés.

Un seul membre également de la famille des Bovinés , des animaux généralement trapus et moins adaptés à la course que les antilopes, qui comprennent aussi les bovins domestiques. Il s’agissait à Chobe du Buffle d’Afrique, plus particulièrement de sa sous espèce du Cap, dont nous avons vu prés de 90 individus en 2 grands groupes, l’un d’une soixantaine paissant de front dans une zone de savane herbacée proche de la rivière, et l’autre de 26 se rendant à la rivière en file indienne pour y boire. Nous avons aussi rencontré 2 vieux mâles solitaires se reposant le long de la rivière (photo).

Impalas (Impala, Aepyceros melampus), huit femelles et un jeune mâle à la lueur du soleil couchant, Chobe National, Park, Botswana.Impalas (Impala, Aepyceros melampus), huit femelles et un jeune mâle à la lueur du soleil couchant, Chobe National, Park, Botswana. Cette antilope de taille moyenne est particulièrement svelte et élégante. Seul le mâle porte des cornes, généralement beaucoup plus longues et flexueuses que celles du jeunot qu'on distingue au premier plan. Sur l'arrière train des 2 femelles qui le suivent, on distingue les 3 barres noires verticales tracées sur l'arrière des cuisses et sur la queue, caractéristiques de l'espèce. Ici le roux de la robe est exalté par la lumière rougeoyante du soleil couchant.
Impalas (Impala, Aepyceros melampus), femelle adulte et nouveau-né, Chobe National Park, Botswana.Impalas (Impala, Aepyceros melampus), femelle adulte et nouveau-né, Chobe National Park, Botswana. Notre voyage s'est déroulé au tout début de la saison des pluies, période avec laquelle la mise-bas des herbivores est synchronisée. La croissance rapide de l'herbe fournit en effet aux mères les conditions requises pour une lactation optimale. Ce qui nous a donné le plaisir d'observer l'un des tous premiers impalas nés fin 2019 prés du Chobe Game Lodge.
Buffles du Cap (Cape buffalos, Syncerus caffer ssp caffer), mâles âgés exclus de la harde, Chobe National Park, Botswana.Buffles du Cap (Cape buffalos, Syncerus caffer ssp caffer), mâles âgés exclus de la harde, Chobe National Park, Botswana. Cette sous-espèce du Buffle d'Afrique occupe l'Afrique australe. C'est la plus grande (jusque 3,4 m de longueur, 1m70 au garrot et 900 kg) et la plus foncée. En vieillissant, le caractère des mâles s'aigrit, et ils sont chassés des hardes par les mâles dominants, plus jeunes. Ils se regroupent alors souvent à 2 ou 3 pour mieux faire face aux attaques des lions.

En ce qui concerne la famille des Girafes, nous n’en avons vu qu’une à Chobe, bien que notre guide nous ait affirmé que l’espèce y est habituellement assez abondante. Il s’agissait d’ un mâle de Girafe de l’Angola.

Au cours de nos 2 mini-croisières sur la rivière Chobe, nous avons également vu 23 Hippopotames répartis en 3 groupes familiaux, dont un seul individu hors de l’eau (photo). C’est aussi au bord de la rivière que nous avons observé 2 Phacochères (Warthog, Phacochaerus africanus, sous-ordre des Suidés) labourant le sol pour y trouver des racines et tubercules à consommer.

Girafe de l'Angola (Angola giraffe, Giraffa giraffa ssp angolensis), mâle adulte, Chobe National Park, Botswana.Girafe de l'Angola (Angola giraffe, Giraffa giraffa ssp angolensis), mâle adulte, Chobe National Park, Botswana. Nous n'avons vu que la tête de cette Girafe de l'Angola. Son corps était caché par la végétation. Il s'agissait d'un mâle selon la grande taille de ses "ossicones" (pseudo-cornes), et l'absence de poils à leur sommet. La Giraffe de l'Angola est l'une des 2 sous-espèces de la Girafe du Sud (Giraffa giraffa) dans la nouvelle classification des Girafes proposée en 2016 par A Janke et J Fenessy suite à leur étude génétique sur 190 prélèvements de peau.
Hippopotame amphibien ou commun (Hippopotamus, Hippopotamus amphibius), adulte déambulant sur la berge de la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana.Hippopotame amphibien ou commun (Hippopotamus, Hippopotamus amphibius), adulte déambulant sur la berge de la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana. Il s'agit probablement d'un mâle selon ses nombreuses cicatrices, séquelles de ses combats. Les Hippopotames passent le plus clair de la journée dans l'eau car leur peau est si fine qu'ils doivent éviter les brulures du soleil, ainsi que les pertes hydriques par évaporation auxquelles ils sont trés sensibles.Par contre ils en sortent la nuit pour brouter l'herbe des environs. A noter sur son flanc un Pique-boeuf qui le débarrasse de ses tiques, et sur sa gauche au bord de l'eau un Vanneau armé.
Hippopotame amphibie ou commun (Hippopotamus ou hippo, Hippopotamus amphibius),  baillement d'un mâle adute, Chobe National Park, Botswana.Hippopotame amphibie ou commun (Hippopotamus ou hippo, Hippopotamus amphibius), baillement d'un mâle adute, Chobe National Park, Botswana. Le baillement de l'hippopotame mâle n'est pas un signe de fatigue ou d'ennui, mais une façon d'impressionner un éventuel concurrent en exhibant ses énormes incisives, susceptibles d'infliger des bessures trés graves sinon mortelles!

En ce qui concerne l’ordre des Primates, donc essentiellement les singes, en dépit du contexte forestier dans lequel nous avons le plus souvent évolué (forêt claire, particulièrement de type forêt galerie le long de la rivère Chobe), nous n’avons observé qu ’une seule espèce, le Babouin Chacma (44 individus en 3 groupes, dont les 2 plus importants le long de la rivière).

A ce stade on pourrait penser que les observations de mammifères que nous avons faites dans le Chobe National Park ont été trés modestes. Mais c’est sans compter avec le nombre impressionnant d’Eléphants qui fréquentent ce parc. Le Botswana est le pays d’Afrique qui en compte le plus. 45000 individus séjourneraient autour de la rivière Chobe en saison sèche, à la fin de laquelle nous avons visité le parc. Il s’agit surtout des femelles et des jeunes qui ont fui les régions les plus sèches du pays pendant cette période critique de l’année.

Il existe 2 espèces d’Eléphants génétiquement différentes en Afrique : l’ Eléphant des Savanes, et l’Eléphant des forêts, plus petit. C’estl’Eléphant des savanes qu’on rencontre à Chobe . Nous en avons approché au moins 130 individus, principalement autour de la rivière. Leurs ébats aquatiques nous ont régalé.

Babouin chacma, ou Chacma (Chacma baboon, Papio ursinus), mâle adulte sur la berge de la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana.Babouin chacma, ou Chacma (Chacma baboon, Papio ursinus), mâle adulte sur la berge de la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana. Encore appelés Cynocéphales, ce qui signifie tête de chien, du fait de leur museau très allongé et nu, les Babouins sont très grégaires (groupes de 20 à 50). Ils sont répandus dans toute l' Afrique subsaharienne. Le Chacma en est la plus grosse espèce, jusque 115 cm et 40 kg pour le mâle, qui est le plus gros. Il est est endémique à l'Afrique australe.
Eléphant de savane Africain (African bush elephant, Loxodonta Africana), adulte prenant un bain de boue, Chobe National Park, Bostwana.Eléphant de savane Africain (African bush elephant, Loxodonta Africana), adulte prenant un bain de boue, Chobe National Park, Bostwana. Bien que nous soyons arrivés à Chobe à la fin de la saison sèche, une mare persistait prés d'une piste principale. Elle ne contenait plus qu'un peu d'eau très boueuse qui faisait les délices de nombreux éléphants qui s'y succédaient toute la journée.
Eléphants de savane Africains (Bush elephants, Loxondota africana) prenant un bain de boue, Chobe National Park, Botswana-Eléphants de savane Africains (Bush elephants, Loxondota africana) prenant un bain de boue, Chobe National Park, Botswana- Outre le plaisir de se plonger dans un milieu frais, et même ici de s'y rouler, alors que la température dépasse largement les 30°, la boue constitue une sorte de cataplasme qui calme les démangeaisons, puis, en séchant, une croute qui protège l'animal des piqures d'insectes.
Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) quittant leur bain de boue (Chobe National Park, Botswana.Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) quittant leur bain de boue (Chobe National Park, Botswana. Tous sont maintenant couverts de boue, hormis la croupe des adultes que leur trompe chargée de boue n'est pas parvenue à atteindre. Les éléphants des savanes femelles et juvéniles sont très grégaires, mais les mâles sont exclus du groupe par les femelles dominantes lors de leur puberté (12 à 14 ans), leur instinct sexuel perturbant dés lors l'harmonie du groupe.
Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) descendant boire dans la rivière Chobe à mi-journée, Chobe National Park, Botswana.Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) descendant boire dans la rivière Chobe à mi-journée, Chobe National Park, Botswana. A la mi-journée, on voit ici les premiers éléphants qui descendent pour s'abreuver dans la rivière Chobe. Un éléphant adulte doit boire jusque 300 l par jour. Ceci explique qu'en saison sèche, au fur et à mesure que l'eau s'évapore des régions les moins irriguées, la majeure partie de leur population migre vers le Nord du Botswana, parcouru par des rivièresbien alimentées par les pluies des montagnes de l'Angola.
Eléphants de savane d'Afrique (African bush elephant, Loxodonta africana), femelles adultes se désaltérant dans la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana.Eléphants de savane d'Afrique (African bush elephant, Loxodonta africana), femelles adultes se désaltérant dans la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana. Les premieres arrivées, car ce sont des femelles (les mâles adultes ne sont pas tolérés dans les groupes), se hatent de se désaltérer, ce qui requiert qu'elles remplissent d'abord leur trompe d'eau.
Eléphants de savane d'Afrique (African bush elephant, Loxodonta africana), femelles adultes se désaltérant dans la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana.Eléphants de savane d'Afrique (African bush elephant, Loxodonta africana), femelles adultes se désaltérant dans la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana. Il leur suffit ensuite de vider leur trompe dans leur bouche. Elles pourraient aussi bien utiliser l'eau qu'elles ont aspiré pour se doucher, ou doucher leurs jeunes ou leurs congénères.
Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) descendus boire dans la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana-6394Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) descendus boire dans la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana-6394 Peu à peu les éléphants s'étalent sur la berge de la rivière tandis que les derniers membres du groupe continuent d'arriver (en haut à gauche).
Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) descendus boire dans la rivière Chobe en milieu de journée, Chobe National Park, Botswana-6403Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) descendus boire dans la rivière Chobe en milieu de journée, Chobe National Park, Botswana-6403 Douze éléphants sont maintenant au bord de la rivière Chobe, et commencent à boire. Parmi eux quelques juvéniles, dont l'un minuscule. Notre guide estimait qu'il s'agissait d'un nouveau-né, âgé au plus de quelques jours. A son tour il est au bord de l'eau, ce qui n'est pas sans risque pour lui.
Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) femelles adultes soutenant un bébé de quelques jours en train de boire, Chobe National Park, Botswana.Eléphants de savane (Bush elephants, Loxondota africana) femelles adultes soutenant un bébé de quelques jours en train de boire, Chobe National Park, Botswana. Pour éviter au bébé de trébucher ou d'être emporté par le courant, deux femelles, probablement sa mère et une grande soeur le soutiennent de leurs trompes pendant qu'il goute l'eau de la rivière, peut-être pour la première fois.
Eléphant de savane (Bush elephant, Loxondota africana),  grand juvénile au bain dans la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana-Eléphant de savane (Bush elephant, Loxondota africana), grand juvénile au bain dans la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana- Un peu plus loin, quelques grands juvéniles se sont presque complétement immergés, et jouent dans l'eau comme celui-ci qui s'amuse à éclabousser ses congénères.
Eléphants de savane Africains (African bush elephants, Loxondota africana), jeunes mâles s'entrainant au combat, Chobe National Park, Botswana.Eléphants de savane Africains (African bush elephants, Loxondota africana), jeunes mâles s'entrainant au combat, Chobe National Park, Botswana. Deux jeunes mâles, âgés d'une dizaine d'année tolérés par le groupe des femelles car pas encore pubères, luttent dans l'eau. C'est plus un jeu qui leur permet de tester leur force et leur technique, qu'un véritable combat
Eléphants de savane Africains (African bush elephants, Loxondota africana), jeunes mâles s'entrainant au combat, Chobe National Park, Botswana-4-6508Eléphants de savane Africains (African bush elephants, Loxondota africana), jeunes mâles s'entrainant au combat, Chobe National Park, Botswana-4-6508 On imagine facilement, en voyant les défenses certes encore courtes mais robustes et pointues, que pour ludique que soit ce combat, des blessures sont possibles car les deux éléphants se ruent l'un sur l'autre de toutes leurs forces. Ici la pointe de la défense s'est enfoncée dans la face à seulement quelques cm de l'oeil
Eléphants de savane Africains (African bush elephants, Loxondota africana), jeunes mâles s'entrainant au combat, Chobe National Park, Botswana.Eléphants de savane Africains (African bush elephants, Loxondota africana), jeunes mâles s'entrainant au combat, Chobe National Park, Botswana. Noter les défenses de ces jeunes mâles, certes encore courtes, mais déjà d'un diamètre plus important que celles des femelles présentes sur les autres clichés, souvent courtes et très grèles. Les éléphants de Chobe sont connus pour leurs défenses souvent sous-dimensionnées, faites d'un ivoire friable, peut-être du fait d'un sol pauvre en calcium.
Eléphants de savane Africains (African bush elephants, Loxondota africana), fin de la joute de 2 jeunes mâles, Chobe National Park, Botswana.Eléphants de savane Africains (African bush elephants, Loxondota africana), fin de la joute de 2 jeunes mâles, Chobe National Park, Botswana. La joute des 2 jeunes éléphants s'est poursuivie plus de 20 mn, jusqu'à ce que le plus gros, à droite, rompe le combat. A travers ce jeu, les jeunes mâles se préparent au joutes qu'ils devront affronter à l'âge adulte avec des concurrents beaucoup plus sérieux, pour conquérir les faveurs d'éléphantes en chaleur à la recherche d'un mâle puissant qu'elles choisiront pour les féconder.

La population des Eléphants diminue de façon alarmante du fait du braconnage qui alimente le commerce illégal de l’ivoire, à tel point que l’UICN ( Union Internationale pour la Conservation de la Nature) a classé Vulnérable l’Eléphant des savanes d’Afrique et Menacé l’Eléphant des forêts. En Afrique, la population globale des Eléphants a été estimée à 20 millions avant la colonisation, tombée à 4 à 5 millions au début du XXème siècle, 1.3 million en 1970, et elle a encore diminué de 70% depuis 50 ans puisqu’ils ne seraient plus que 300 à 400 000 aujourd’hui. Le Botswana, où ils ont été les plus protégés jusque récemment, reste le premier pays au monde pour le nombre de ces pachydermes..

En ce qui concerne les Reptiles , nous n’avons vu qu’un seul Crocodile, une femelle qui surveillait son nid, 2 Varans du Nil, dont l’un qui semblait s’être installé dans le voisinage de la précédente, et une Tortue Léopard.

Crocodile du Nil (Nile crocodile, Crocodylus niloticus), femelle adulte veillant sur son nid le long de la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana. Crocodile du Nil (Nile crocodile, Crocodylus niloticus), femelle adulte veillant sur son nid le long de la rivière Chobe, Chobe National Park, Botswana. La femelle crocodile se reproduit à partir de l'âge de 5 à 8 ans. Elle construit un nid, souvent une simple cuvette dans le sable, où elle va pondre 20 à 30 œufs sur lesquels elle va veiller jusque la naissance, soit 3 mois. Après l'éclosion elle transporte ses petits dans sa gueule jusque l'eau de façon à réduire les risques de prédation.
Varan du Nil, (Nile monitor, Varanus Niloticus), Golf de Sali, Sénégal-3021Varan du Nil, (Nile monitor, Varanus Niloticus), Golf de Sali, Sénégal-3021 Le Varan du nil est un grand lézard (jusque 2 m) qu'on peut rencontrer dans toute l'Afrique subsaharienne. Carnivore opportuniste, il s'installe souvent prés du site de ponte d'une femelle crocodile, espérant déguster quelques uns de ses œufs, dont il est friand, en trompant son attention. C'était le cas de celui que nous avons observé. N'ayant pu lui tirer le portrait, j'ai remplacé sa photo par celle d'un congénère photographié au Sénégal.
Tortue leopard (Leopard tortoise, Stigmochelys pardalis), adulte traversant la route, Lanner gorge, Makuleke conservancy, Limpopo, Afrique du Sud.Tortue leopard (Leopard tortoise, Stigmochelys pardalis), adulte traversant la route, Lanner gorge, Makuleke conservancy, Limpopo, Afrique du Sud. Cette tortue terrestre habite l'Est et le Sud de l'Afrique. Elle peut atteindre 70 cm de long et vivre plus de 50 ans. Elle tire son nom des tâches qui parsèment sa carapace. N'ayant pas pu photographier celle vue au Botswana, il s'agit ici d'un cliché que j'avais pris en 2017 en Afrique du Sud. Effrayée par notre voiture, elle avait caché sa tête dans sa carapace dont seuls ses pattes dépassent.

En conclusion , ce nouveau séjour dans le Chobe National Park s’est effectué dans un lodge très agréable et bien situé. Nous avons été un peu déçus par un nombre et une variété modestes des espèces d’oiseaux et autres animaux observés. Il faut aussi dire qu’à force de trainer nos guêtres en Afrique, il nous devient difficile de découvrir des espèces que nous n’avons encore jamais rencontrées, bien sûr les plus excitantes ! (seulement 2 espèces d’oiseaux cette fois).

Ce séjour au Chobe Game Lodge n’en restera pas moins pour nous exceptionnel par le nombre des éléphants et la variété des spectacles qu’ils nous ont offerts . Seuls la croisière de 3 jours que nous avions faite en 2008 sur la rivière Chobe, et les 3 jours que nous avons passés en 2012 dans le Parc de Hwanghe au Zimbabwe nous avaient procuré des émotions aussi fortes en matière d’éléphants. En fait les 3 séjours s’étaient déroulés dans la même région de l’Afrique, puisque Hwanghe est proche du parc de Chobe, même s’ils sont séparés par une frontière que bien sur les éléphants ne respectent pas !!

Hormis ce qui concerne les éléphants, ce bilan n’est pas forcément représentatif de tout ce que le Parc de Chobe peut offrir sur d’autres de ses sites (il est immense) ou à d’autres moments de l’année (pour les oiseaux en particulier, la pleine saison des pluies est plus favorable que la saison sèche). Un couple hollandais rencontré lors de notre départ nous l’a confirmé en nous rapportant avoir vu en Mai de la même année un nombre et une variété d’oiseaux et autres animaux nettement plus importants que lors de leur second séjour effectué en Novembre, simultanément au notre..

Donc au total, grâce au éléphants notre bilan global du Parc National de Chobe reste très positif, même si les séjours que nous avons faits ensuite à Kwando lagoon et surtout Shinde l’ont largement dépassé.